BâtiFRAIS 2019 - ITW d'Anastasia Kucherova du Studio Boeri, intervenante

Image

Anastasia KUCHEROVA, architecte au Studio Boeri, concepteur des tours Bosco Verticale de Milan, interviendra lors de la conférence plénière d'ouverture et dans l'atelier 1 sur "Le végétal et le bâtiment".

 

EnvirobatBDM : De quel savoir-savoir les tours végétalisées sont-elles le démonstrateur ?

Anastasia KUCHEROVA : Les deux tours de Milan ont été faites en 2014 et à partir de là pour nous est une expérience en cours. Plus qu'une architecture, ce complexe peut être défini comme un écosystème vivant, dans lequel les arbres et les animaux ont la même valeur et la même importance que les êtres humains. Pour réaliser un bâtiment aussi complexe, nous avons dû déployer l'effort et la capacité de développer des idées novatrices de la part de botanistes, ingénieurs, pépiniéristes, écologistes et de nous architectes.

Le premier savoir-faire concerne les plantes elles-mêmes : le défi consistait à faire pousser des arbres atteignant 9 mètres de haut et 112 mètres dans l'environnement urbain. Nous devions préparer les plantes pour l'espace restreint qu'elles auraient dans les pots, et surtout étudier la position idéale pour chaque espèce. Mais apporter les plantes avec toute la terre nécessaire a un fort impact sur le bâtiment, alors dans cette phase, les ingénieurs ont dû intervenir, renforçant la structure avec les dalles de béton post-tendues.

Mais l'aspect le plus novateur de ce bâtiment est sa nature expérimentale d'une commune, où plusieurs espèces qui est devenue une plate-forme internationale pour la recherche dans le domaine de la foresterie urbaine. En fait, il s’avère être le premier modèle réussi de coexistence entre nature et architecture dans un environnement urbain très dense.

 

EnvirobatBDM : Quels enseignement tirer de cet ouvrage ?

Anastasia KUCHEROVA : Tout d’abord, c’est un écosystème qui n’a que 5 ans de vie, le défi pour nous est de pouvoir prévoir son développement à long terme - entre 10, 50 et 70 ans. Nous devons calculer l'impact environnemental au moment de la construction et la capacité des arbres à compenser la pollution de la ville tout au long du cycle de vie de la Forêt Verticale. Nous testons de nombreux systèmes de construction alternatifs, afin d'offrir des solutions plus durables et accessibles à tous les segments de la population. (Ex. Trudo Vertical Forest, la première forêt verticale de logements sociaux)Après l'expérience de la création de la forêt verticale, nous avons pu définir les principes directeurs permettant de reproduire ce modèle dans le monde entier. Après l'expérience de la construction de la forêt verticale, nous avons pu définir les principes directeurs permettant de reproduire ce modèle dans le monde entier, tels que : l'utilisation de plantes locales et l'exploitation de ressources renouvelables disponibles sur le site, le dialogue avec le client et avec les futurs résidents pour répondre au mieux à leurs besoins.

 

EnvirobatBDM : Les plantes sont-elles le nécessaire des villes ?

Anastasia KUCHEROVA : Pour répondre à cette question, il suffit d'examiner certaines données scientifiques concernant les arbres. Un arbre mature en pleine terre est capable d’absorber 0,4 tonnes/an de CO2, de couvrir le besoin annuel de 10 personnes de O2, de recueillir jusqu'à 450 de l'eau/ jour.  En outre, les arbres ont un impact positif et scientifiquement prouvé sur l’économie des villes, la santé des citoyens et, par conséquent, les coûts des soins de santé. L'effet de serre qui est la principale cause du changement climatique est dû en grande partie à l'émission de villes, qui sont également les premières à en souffrir. Mais l’accélération du changement climatique et les catastrophes naturelles qu’elle provoque sur toute la planète sont telles que le problème concerne tout le monde. Nous devons imaginer, à tous les niveaux, du politique au personnel, un avenir durable pour les villes qui accueilleront de plus en plus de monde et d’activités au cours des prochaines décennies. Et la solution la plus simple et la plus efficace contre la pollution reste, comme il y a un million d'années, l'arbre.

Programme complet, renseignements et inscriptions : www.batifrais.eu

Image